congo 
RD Congo : Kabila dédaigne la crise politique sur fond de nouvelles répressions

Dans une rare conférence de presse vendredi, le président Joseph Kabila a tenu des propos qui signalent que la crise politique en République démocratique du Congo est loin d'être résolue et qu'on peut s'attendre à de nouvelles répressions et restrictions aux libertés d'expression et de réunion dans le pays.

Alors que les inquiétudes se sont accrues concernant les conséquences mortelles des efforts de Kabila pour se maintenir au pouvoir au-delà de la limite des deux mandats que lui autorisait la constitution, limite qui a été atteinte en décembre 2016, les appels se sont multipliés, tant à l'échelon national qu'à l'international, pour que Kabila déclare explicitement qu'il ne sera pas candidat aux élections qui ont été fixées pour décembre 2018, qu'il ne cherchera pas à amender la constitution et qu'il quittera ses fonctions avant la fin de 2018. Parmi les intervenants, figure un groupe bipartite de sénateurs américains, qui a envoyé une lettre en ce sens à Kabila la semaine dernière.

Lors de sa conférence de presse – sa première depuis cinq ans – Kabila n'a pris aucun de ces engagements. Tout en affirmant que le processus électoral était « résolument engagé », il a déclaré que seule la commission électorale nationale (CENI) était habilitée à décider de la date exacte des élections. Quand une journaliste a demandé à Kabila s'il se représenterait, il n'a pas dit non mais a demandé qu'une copie de la constitution soit remise à la journaliste.

En dépit du fait que le droit des Congolais de manifester pacifiquement est reconnu par la constitution du pays et par le droit international, Kabila a affirmé qu'une nouvelle loi était nécessaire pour « recadrer » la légalité de telles manifestations, soulignant que « la démocratie, ce n'est pas la foire. » Il a déclaré qu'il « s'éclatait » quand il voyait ceux qui « prétendent défendre la constitution aujourd'hui. » Malheureusement, ce que Kabila considère comme prêtant à rire, c'est le spectacle des forces de sécurité tuant par balles, blessant et emprisonnant des centaines de personnes qui appellent pacifiquement au respect de la constitution.

Kabila a également mis en cause le coût du processus électoral qui, selon lui, peut peser au détriment du développement du pays : « Est-ce qu'il faut qu'on soit cité comme le pays le plus démocratique dans le monde ou bien c'est le développement qui compte ? », a-t-il demandé. « [A]u moment venu », a-t-il ajouté, il faudra « prendre des décisions courageuses ». S'agissait-il là d'une allusion voilée à un prochain referendum ou à un changement du processus électoral qui permettrait à Kabila de se maintenir au pouvoir ?

Les propos de Kabila ont été tenus deux jours après que le bureau des droits de l'homme des Nations Unies en RD Congo eut annoncé dans un rapport que 1 176 personnes avaient été exécutées de manière extrajudiciaire par des « agents de l'État » congolais en 2017, ce qui représente un triplement sur une période de deux ans.

Le 21 janvier, des milliers de fidèles catholiques et d'autres citoyens congolais ont manifesté dans plusieurs villes, appelant Kabila à quitter le pouvoir et à permettre l'organisation d'élections. Les forces de sécurité ont répondu en faisant usage d'une force injustifiée ou excessive, tirant des gaz lacrymogènes ou ouvrant le feu à balles réelles pour disperser les attroupements. Au moins sept personnes ont été tuées, selon des recherches effectuées par Human Rights Watch, dont une femme de 24 ans qui aspirait à la vie religieuse, tuée par balles devant son église. La répression du 21 janvier a fait suite à des manifestations similaires auxquelles avaient appelé des responsables laïcs de l'Église catholique de la RD Congo après la messe dominicale du 31 décembre, lorsque les forces de sécurité ont tué au moins huit personnes et blessé ou arrêté de nombreuses autres, dont plusieurs prêtres catholiques.

Au cours des trois dernières années, Kabila et son entourage ont recouru à des manœuvres dilatoires, l'une à la suite de l'autre, pour retarder les élections et enraciner leur pouvoir, par une répression brutale, des violences et des violations des droits humains à grande échelle, et en s'appuyant sur une corruption systémique. Un accord de partage du pouvoir négocié par l'Église catholique et signé le 31 décembre 2016 a accordé à Kabila une nouvelle année au pouvoir – après l'expiration de ses deux mandats constitutionnels – pour mettre en œuvre une série de mesures de décrispation et organiser des élections avant la fin de 2017. Mais ces engagements ont été bafouésdans une large mesure. En dépit de la publication le 5 novembre par la CENI d'un calendrier électoral – qui fixe au 23 décembre 2018 la nouvelle date des élections, avec l'avertissement que de nombreuses « contraintes » pourraient justifier que cette date soit encore repoussée – Kabila n'a donné aucun signe qu'il se préparait à quitter le pouvoir, ni créé un climat propice à l'organisation d'élections libres, équitables et crédibles.

Même si certains partenaires internationaux de la RD Congo ont accru leurs pressions sur le gouvernement de Kabila, davantage d'efforts sont nécessaires pour lui montrer qu'il y aura de vraies conséquences s'il tente de nouveau de retarder les élections et d'enraciner sa présidence par la répression. La Belgique a récemment annoncé qu'elle suspendait toute son aide bilatérale directe au gouvernement congolais et qu'elle réorientait cette aide vers les organisations humanitaires et de la société civile. D'autres bailleurs de fonds devraient suivre cette voie. En décembre, les États-Unis ont pris des sanctions à l'encontre du milliardaire israélien Dan Gertler, un proche ami et associé financier de Kabila qui « a amassé sa fortune grâce à des accords miniers et pétroliers opaques et teintés de corruption représentant des centaines de millions de dollars » en RD Congo, ainsi qu'à l'encontre d'un certain nombre d'individus et de compagnies associés à Gertler. Et pourtant, l'impact de ces décisions serait beaucoup plus grand si le Conseil de sécurité de l'ONU, l'Union européenne et les États-Unis travaillaient ensemble pour élargir ces sanctions ciblées aux individus les plus responsables des graves violations des droits humains commises en RD Congo et à ceux qui apportent un appui financier ou politique à ces tactiques répressives.

En fin de compte, les partenaires de la RD Congo devront décider s'il est dans leur intérêt de soutenir un gouvernement dictatorial qui commet des abus ou de respecter et favoriser les droits du peuple congolais – et ce que cela implique en termes d'actes concrets.

Distribué par APO Group pour Human Rights Watch (HRW).

congo


 
zoom

actualité


recherche