congo 
République démocratique du Congo : Christine and the Queens attire l'attention sur une crise de réfugiés oubliée

L'une des plus grandes artistes pop de France, Christine and the Queens, a lancé aujourd'hui un appel pour réclamer, de toute urgence, davantage d'attention sur la situation des réfugiés fuyant la violence en République démocratique du Congo (RDC). Cet appel intervient alors que le nombre de personnes déplacées fuyant les conflits et la violence dans le pays croît de manière préoccupante.

Début décembre, Christine a visité des camps de réfugiés dans le sud-ouest de l'Ouganda, un pays limitrophe de la RDC, lors d'un voyage avec le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Elle a été témoin de l'arrivée de plus de 350 réfugiés congolais en un seul jour et a pu constater l'augmentation quotidienne du nombre de réfugiés sur le sol ougandais.

Depuis 2012, près de 236 500 réfugiés congolais ont fui en Ouganda. Au total, 11 pays africains accueillent quelque 621 000 réfugiés originaires de RDC, l'Ouganda arrivant en tête de ces pays d'asile.

« Ca a été un véritable choc de voir arriver un bus, puis un autre, et encore un autre, puis de voir une marée de jeunes femmes, d'enfants et de vieillards s'assoir, épuisés, dans le centre d'accueil de Rwamwanja, qui sera désormais leur refuge – et ce sans qu'ils soient d'ailleurs certains de pouvoir le quitter un jour », a souligné Christine.

« Il est possible d'agir – chacune de nos voix peut aider à porter la leur. Nous ne pouvons pas ajouter à la violence de ces conflits une autre, plus terrible : celle du silence dans lequel ils sont trop souvent plongés. Prendre conscience des enjeux et faire entendre la voix des victimes est un premier acte militant, et il est essentiel », a-t-elle ajouté.

Lors de sa visite, Christine a visité le centre de la Jeunesse de Rwamwanja soutenu par le HCR. Le centre organise des ateliers musicaux durant lesquels de jeunes réfugiés congolais peuvent développer leurs talents, jouer de la musique et se faire des amis.

« Le centre pour la jeunesse recrée une évasion pour ces jeunes dont la vie manque cruellement de légèreté. C'est très émouvant de les voir s'emparer du théâtre, de la musique ou de la danse pour rêver de nouveau à un destin qui échapperait à la terrible réalité de la vie en exil, qui n'a pour eux aucun horizon », a dit Christine.

« Les nombres sont faciles à oublier ; égrenés à chaque journal télévisé, ils rendent n'importe quel conflit abstrait. Mais les visages, eux, sont impossibles à oublier. On les emporte avec soi comme des souvenirs brûlants, des urgences », a-t-elle ajouté.

« Ceux des réfugiés que j'ai rencontrés en Ouganda portaient tous une histoire terrible ; et malgré le grand sentiment d'impuissance que l'on ressent lorsqu'on est témoin, il y a la nécessité de faire résonner ces histoires, pour que les conflits se comprennent de nouveau en tragédies humaines. C'est en tout cas ce que je considère comme un devoir, en tant qu'artiste et citoyenne », a-t-elle indiqué.

Le HCR est vivement préoccupé par l'escalade des déplacements dans plusieurs régions clés de la RDC. En raison de l'activité répandue des milices, des troubles et de la violence qui sévissent dans de nombreuses régions, le risque de nouveaux déplacements est important et l'acheminement de l'aide aux personnes dans le besoin de plus en plus complexe.

« L'Ouganda accueille actuellement plus de 1,4 million de réfugiés, principalement du Soudan du Sud, de la République démocratique du Congo, du Burundi et d'autres pays voisins, » a noté Bornwell Kantande, Représentant du HCR en Ouganda. « Le HCR et le Gouvernement ougandais travaillent ensemble pour fournir une assistance humanitaire aux réfugiés nouvellement arrivés et les aider à devenir autonomes le plus rapidement possible », a-t-il ajouté.

« Conformément au Cadre d'action global pour les réfugiés (CRRF)*, l'Ouganda renforce la protection des réfugiés en en leur fournissant, ainsi qu'aux communautés d'accueil, des services intégrés, notamment l'accès aux services de santé, à l'éducation et aux opportunités de travail. Ce Cadre permet aussi de réunir plus de partenaires, notamment des experts en développement, afin d'apporter des solutions à long terme à la situation des réfugiés et de fournir un soutien supplémentaire au gouvernement pour qu'il puisse inclure les réfugiés dans les plans de développement national », a souligné Kantande.

Distribué par APO Group pour United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR).

congo


 
zoom

actualité


recherche