mali 
Le Président de la Commission de l'Union africaine s'adresse au Conseil de sécurité des Nations unies sur la Force conjointe du G5 Sahel

Cet après-midi, le Président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, s'est adressé, par visioconférence, à une réunion ministérielle du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée à l'examen du rapport du Secrétaire général des Nations unies sur la Force conjointe du G5 Sahel.

Dans son allocution, le Président de la Commission a souligné que la réunion du Conseil attestait l'attention croissante que la communauté internationale porte à la situation qui prévaut dans la région sahélo-saharienne. Il a rendu hommage aux pays du G5, qui, malgré les moyens limités qui sont les leurs et la multiplicité des défis auxquels ils sont confrontés, ont apporté l'ample évidence de leur volonté de mener le combat contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée. Il a souligné que la communauté internationale a l'impérieux devoir de soutenir cette initiative au nom de la solidarité qui nous lie, mais aussi parce qu'il y va de notre interêt collectif bien compris, ajoutant que ce qui est en jeu n'est pas seulement la sécurité des pays du Sahel, mais aussi celle de nombreuses autres régions de notre globe, tant il est vrai que les fléaux dont il s'agit ne connaissent pas de frontières.

Rappelant le communiqué de la réunion du Conseil de paix et de sécurité du 13 avril 2017, qui a entériné le concept d'opérations stratégique de la Force conjointe et autorisé son déploiement pour une période initiale de douze mois, le Président de la Commission a réitéré la requête y contenue pour l'octroi d'un appui prévisible et pérenne, ajoutant que “face au danger terroriste et au risque qu'il fait peser sur la stabilité de l'ensemble de la région, nous ne saurons nous satisfaire de demi-mesures”.

Le Président de la Commission a souligné l'engagement de l'Union africaine à continuer de travailler étroitement avec le G5, notamment en partageant son expérience en matière de lutte anti-insurrectionnelle en Somalie, la réactivation du Processus de Nouakchott et un plaidoyer soutenu pour mobiliser les ressources nécessaires.

Le Président de la Commission a souligné que les efforts de la Force conjointe du G5 doivent s'accompagner d'une accélération du processus de mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, ainsi que de mesures soutenues en matière développement et de gouvernance.

Le Président de la Commission a rendu hommage au Secrétaire général, notant que son rapport et les recommandations y contenues sur le soutien au G5 témoignent de sa détermination à ne ménager aucun effort pour adapter les Nations unies afin de relever efficacement les défis sécuritaires de l'heure.

Distribué par APO Group pour African Union Peace and Security Department.

mali


 
zoom

actualité


recherche