ethiopie 
Ethiopie : les agriculteurs ont besoin d'une aide urgente pour produire de la nourriture au cours des principales campagnes agricoles

A seulement 6 semaines du début de la principale campagne agricole en Ethiopie, la FAO demande un financement urgent pour aider les agriculteurs à ensemencer leurs champs et pour empêcher les zones du pays frappées par la sécheresse d'être davantage confrontées à la faim et à l'insécurité alimentaire. Si les semences ne sont pas livrées à temps, il sera trop tard pour garantir une récolte décente pour la campagne imminente « meher », qui assure jusqu'à 85 pour cent des approvisionnements alimentaires du pays, a indiqué aujourd'hui l'Organisation des Nations Unies.

Pourtant, alors que la situation en matière de sécurité alimentaire se détériore, le financement global permettant de faire face à la crise a été décevant jusqu'à présent. En effet, seulement 15 pour cent des fonds demandés dans le cadre de l'appel lancé par la FAO en 2016 ont été couverts.

« La campagne agricole « meher » sera essentielle pour améliorer la sécurité alimentaire et l'autosuffisance des familles en 2016. Les distributions de semences permettant aux agriculteurs de cultiver et de produire de la nourriture doivent être une priorité humanitaire, » a déclaré le Représentant de la FAO dans le pays, Amadou Allahoury Diallo.

« Réduire la dépendance à l'aide humanitaire extérieure diminuera les coûts de l'aide alimentaire, » a-t-il ajouté.

La FAO a besoin de 10 millions de dollars d'ici les deux prochaines semaines pour distribuer des semences aux familles éthiopiennes exposées à la faim et qui risquent de perdre leurs moyens d'existence. En Ethiopie, environ 10,2 millions de familles sont en situation d'insécurité alimentaire suite à une succession de mauvaises récoltes et à des pertes de bétail dues à la sécheresse engendrée par le phénomène El Niño depuis le début de l'année 2015. Cette année, avec le retard des pluies printanières et leur irrégularité, la situation pourrait s'aggraver dans les zones les plus affectées, particulièrement dans le nord.

Le gouvernement éthiopien a déjà consacré des ressources considérables pour faire face au phénomène ElNiño et travaille en étroite collaboration avec la FAO pour intensifier les efforts communs.

Des districts mal desservis

Presqu'un tiers de tous les districts du pays - soit 224 - sont à présent en situation de grave insécurité alimentaire. Ce chiffre est environ 20 pour cent plus élevé qu'il y a trois mois.

Les récentes estimations du Bureau éthiopien de l'agriculture indiquent que quelque 1,7 million de familles agricoles sont en situation d'insécurité semencière, ce qui signifie qu'elles ne disposent pas des intrants nécessaires pour la campagne « meher », qui débutera dès la mi-juin pour certaines cultures et continuera jusqu'en août.

« Actuellement, plus de 90 districts ne bénéficient pas d'une assistance d'urgence en matière de semences ou ne sont pas suffisamment couverts, » selon Pierre Vauthier, Fonctionnaire chargé de la réponse d'urgence en Ethiopie. « Ce sont ces districts oubliés qui sont ciblés par la FAO - mais sans un soutien financier immédiat, quelque 150 000 ménages ne pourront pas cultiver la nourriture qui leur permettra de tenir tout au long de l'année, » a-t-il déclaré.

Des réserves de semences épuisées

Pour de nombreux ménages, les réserves de semences sont au plus bas suite à des campagnes de semis infructueuses et à une nouvelle campagne agricole en 2015, alors que certaines familles, vivant dans les zones les plus affectées, ont été forcées de consommer leurs semences pour se nourrir.

Du fait de la mauvaise récolte de 2015, les revenus des agriculteurs ont diminué ainsi que leur pouvoir d'achat, limitant davantage leur capacité à acheter les semences et les intrants dont ils ont besoin pour produire des denrées de base telles que le maïs, le sorgho, le teff, le blé et les racines.

En raison du retard et de l'irrégularité des pluies printanières, même les agriculteurs qui disposaient de semences n'ont pas assez planté pour subvenir aux besoins de leurs familles, en particulier dans le nord.

Une bonne campagne « meher » devrait améliorer la disponibilité alimentaire nationale, renforcer l'accès à l'alimentation et réduire la dépendance à l'aide humanitaire extérieure à moyen terme.

Réponse de la FAO face à El Niño

Cette année, la FAO, le gouvernement et d'autres partenaires ont déjà distribué des semences et du matériel pour la production de maïs, de patate douce, de pomme de terre irlandaise et de légumes dans certaines des zones les plus affectées et continue de soutenir les éleveurs en distribuant des aliments de subsistance pour les animaux. La FAO aide également les agriculteurs à produire du fourrageet à améliorer l'accès du bétail à l'eau. Des campagnes de vaccination et de traitement des troupeaux ont également été menées dans tout le pays afin de réduire leur vulnérabilité aux maladies causées par la sécheresse.

« Si les semences ne sont pas livrées maintenant, cela entraînera une mauvaise campagne « meher » pour les plus vulnérables, avec des conséquences désastreuses sur la sécurité alimentaire. Pour faire une différence, nous avons besoin de fonds et nous en avons besoin maintenant, » a déclaré Allahoury Diallo.


ethiopie


 
zoom

actualité


recherche