Rencontre avec le Patriarche orthodoxe éthiopien

Le Patriarche et Catholicos de l'Eglise orthodoxe éthiopienne, SS Abune Mathias, a été accueilli ce matin par le Pape François, qui a souligné combien cette visite renforçait les liens fraternels des deux Eglises après les rencontres du Patriarche Abune Paulos avec Jean-Paul II en 1993 et Benoît XVI en 2009. Ce dernier l'avait invité au Synode des évêques sur l'Afrique et avait envoyé une délégation du Saint-Siège en 2012 à ses funérailles. Plus généralement depuis 2004 l'Eglise catholique et les Eglises orthodoxes orientales approfondissent leur communion à travers le dialogue théologique au sein de la Commission mixte internationale. Au cours des années on a constaté qu'il y avait beaucoup de choses en commun, une seule foi, un seul baptême, un seul Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, mais aussi de nombreux éléments dans les traditions monastiques et liturgiques. "Ce qui nous unit est beaucoup plus que ce qui nous sépare... Nous avons ressenti la vérité des paroles de Paul : Si un membre souffre, tous souffrent avec lui. Et si un membre est honoré, tous se réjouissent. Les souffrances partagées ont fait des chrétiens, divisés à bien des égards, qu'ils se sont rapprochés. De la même, l'effusion du sang des martyrs est devenu la semence de nouveaux chrétiens comme dans l'Eglise primitive... Les martyrs et les saints de toutes les traditions sont déjà un dans le Christ. Leurs noms sont écrits dans le seul martyrologe de l'Eglise de Dieu. L'oecuménisme des martyrs est une invitation à continuer de marcher ensemble vers une unité toujours plus pleine".

Puis le Pape a rappelé que l'Eglise orthodoxe éthiopienne a été dès le début une Eglise de martyrs. Encore aujourd'hui elle est le témoin ''d'une violence dévastatrice contre les chrétiens et les autres minorités du Moyen-Orient et de certaines régions d'Afrique. Nous ne pouvons qu'en appeler à nouveau à ceux qui ont entre leurs mains le destin politique et économique du monde, afin de promouvoir une coexistence pacifique fondée sur le respect mutuel et la réconciliation, le pardon et la solidarité''. Il a également évoqué les grands efforts déployés par l'Ethiopie pour améliorer les conditions de vie de la population et construire une société plus juste, fondée sur la primauté du droit et le respect du rôle des femmes. Et insisté sur l'existence de multiples domaines de collaboration entre les Eglises pour le bien commun et la sauvegarde de la création. Il ne fait pas de doute que l'Eglise catholique et l'Eglise orthodoxe d'Ethiopie ont la volonté de travailler ensemble : ''Mon espoir est que notre rencontre marque une nouvelle étape de l'amitié fraternelle entre nos Eglises. Nous sommes conscients que l'histoire a laissé un poids de malentendus douloureux et de lméfiance, donc nous demandons pardon à Dieu". Prions les uns pour les autres, a conclu le Pape en invoquant la protection des martyrs et des saints, ainsi que la prière des fidèles des deux confessions. "Que l'Esprit Saint continue à nous éclairer et à nous guider vers l'harmonie et la paix. Qu'il nous encourage en vue du jour où nous serons unis autour de l'autel du sacrifice du Christ, dans la plénitude de la communion eucharistique''.



 
zoom

actualité


recherche